New York Forty " Marilee "

Historique

Lorsque éclate la première guerre mondiale, Nathanael G.Herreshoff est un vieux fournisseur de plans pour le New York Yatch Club.  En 1915, alors qu'il lui a déja commandé quatre séries monotypes de 30 à 65 pieds, le prestigieux club américain lui demande de concevoir un nouveau bateau plus habitable. Dès l'année suivante, douze unités de 40 pieds, baptisées New York Forties, sont mises à l'eau...... et vivement critiquées. Il faut dire que les formes de ce voilier conçus pour la course - croisière ont de quoi surprendre à l'époque ! Malgès ces attaques virulentes, les Forties vont bientôt connaitre de nombreux succès en régate, tout en satisfaisant les amateurs de croisière.

Quelques un de ces Yachts remarquables naviguent encore de nos jours, notamment  " Marilee " que j'ai choisis de reproduire et qui fera l'objert de ce reportage. Pour ce faire, je vais utiliser la documentation trouvée principalement sur le No 158 de l'excellente revue " Chasse Marée " et deux livres sur lesquels quelques photos doivent me permettre de mener à bien ce projet.

Marilee 56140103 copier 56140470 copier Marilee Vue de l'intérieur de la coque

L'original à une longueur de coque de 17,90 mètres, une longueur à la flottaison de 12,20 mètres ( 40 pieds ), une largeur de 4,40 mètres et un tirant d'eau de 2,4 mètres.  Poids total du voilier 21,7 tonnes dont 11 de lest dans la quille.

La maquette sera construite à l'échelle 1/18 ème. Ce choix est fait en fonction de la place disponible pour le transport et pour avoir un voilier d'un poids raisonnable qui ne devrait pas dépasser 6 kilos maximum.

Quelques calculs me donnent les estimations suivantes : Volume immergé de la coque 5290 cm3 ce qui correspond à une poussée de 5,290kg. Le volume de la quille en pomb me donne un lest de 2kg 360.   1cm. de lest supplémentaire dans la coque juste au dessus de la quille me donne un poids de lest supplémentaire de 700 grammes. Total 3kg060.  Cela signifie que 5,290 kg. pour le poids total du bateau moins 3.060 kg de lest = 2,230 kg de marge pour tout le matériel nécessaire à la construction ce qui est confortable. J'espère arriver à beaucoup moins ce qui me permettra, pour chaque gramme gagné, d'ajouter le lest correspondant en fond de cale, ce qui aura pour effet d'augmenter le couple de rappel et abaisser le centre de gravité.

La maquette.

Disons le d'emblée, celle-ci ne sera pas une reproduction exacte et fidèle jusque dans les moindres détails, comme on pourrait le faire sur une maquette statique par exemple. Une maquette qui va naviguer passe obligatoirement par une simplification des infrastructures permettant de la rendre moins fragile et beaucoup plus facile à mettre en oeuvre. Ces simplifications ne devraient pas trop dénaturer l'esthétique générale et permettre malgrés tout de reconnaitre le voilier facilement .

La structure de la coque

Le petit plan de formes et plan de voilure publié sur la revue Chasse Marée est agrandi de manière à obtenir la longueur de coque souhaitée, soit un mètre, et c'est sur cette base que tous les éléments constitutifs de la coque seront dessinés, découpés, puis assemblés. J'ai procédé aux modifications suivante : 1.- Augmentation du volume du lest en abaissant celui-ci de 2 cm sur sa partie inférieure. / 2.- Augmentation de la surface du safran d'environ 30%. /  3.- Légère diminution de la surface vélique, au motif que je trouvais le modèle un peu surtoilé. Le mât aura une longueur de 1 mètre du pont à son extrêmité, à la place de 1,10 prévu initialement. La voilure sera adaptée à cette modification.

Le petit plan sur la revue Chasse Marée Mon plan de voilure Chablons de découpage de la quille Les éléments de la quille prêts à assembler Dessin puis découpage chablon des couples Chablon couples Dessin des couples sur Contre plaqué Dessin des couples sur Contre plaqué Pré-découpage des couples Découpage final de chaque couple Réalisation de la quille Couples découpés Les 14 couples terminés Assemblage progressif sur chantier Vue de l'intérieur Ajustage de la quille

La coque est maintenant prête à recevoir le bordé en Abachi 2 x 8mm et le bois nécessaire est en préparation. On distingue déjà bien la forme hamonieuse de cette coque.

Le lest.

Vous aurez sans doute remarqué que plusieurs couples ont été tronqué, ce qui ne donne pour l'instant pas le volume complet de la coque telle qu'elle sera une fois teminée.

Les quelques vues ci dessous vont permettre de mieux comprendre que la partie manquante sera celle occupée par le lest. ( en rouge sur mon dessin ). Je vais réaliser un master de ce lest qui me permettra de faire un moule en plâtre dans lequel sera coulé le plomb nécessaire. Le volume  en plomb ainsi moulé sera maintenu solidement en place sous la coque par trois tiges filetées M3 qui passeront au  travers de la quille. Le master est composé d'une structure bois avec un remplissage en Roofmat de couleur bleue. Le tout sera mis en forme par ponçage et enduit de deux couches de cire à démouler lustrée. Je prépare ensuite une boîte à l'intérieur de laquelle le master sera suspendu. Je coule du platre de moulage puis après environ 20 à 30 minutes je retire le master et laisse sécher le moule ainsi obtenu une semaine. ( Attention ! Couler du platre dans un moule encore humide peut provoquer un éclatement violent, avec projection de plomb en fusion. )

Dessin du lest Coque tronquée Vue de l'intérieur de la coque Relevé exact du profil transversal du lest Master du lest Master du lest Master du lest Master du lest Le master terminé Préparation du moule Master fixé dans la boîte Préparation du platre Après coulage du platre Prêt pour couler le plomb Prêt à couler le plomb Le master et le lest coulé

 La suite vous est proposée sur la page suivante.

 

 

Le bordé de la coque

Plusieurs techniques sont possibles pour border une coque. J'utiliserais ici la méthode la plus courante pour ce type de voilier, soit le bordage à franc bord . Les bordés seront constitués de lames d'abachi de 3mm d'épaisseur et de 8mm de large. ( Rapelons que plusieurs bordés ou bordages mis bout à bout le long de la coque constituent une virure.) La colle utilisée est une colle blanche résistante à l'eau et à séchage rapide.

Bordage de la coque Bordage de la coque Bordage de la coque Bordage de la coque Bordage de la coque Vis à border Vis à border Bordage de la coque Bordage de la coque Bordage de la coque Bordage de la coque La coque entièrement bordée Vue de l'intérieur de la coque Vue de l'intérieur de la coque

Une fois bordée et poncée soigneusement la coque est mastiquée pour corriger quelques défaut. Nouveau ponçage puis elle est fibrée avec un tissus de 49gr/m2. Après polymérisation complète de la résine Epoxy,  je réalise un ber sur lequel la coque reposera pour la suite de la construction. A ce stade la coque pèse 750 grammes. Ponçage intérieur pose de quelques renforts aux points stratégiques, puis fibrage de l'intérieur avec la même qualité de tissus qu'à l'extérieur.

Pose fibre Fibrage extérieur Fabrication du ber coque sortie du chantier coque sortie du chantier La coque sur son ber La coque sur son ber

Je donne une deuxième couche de résine seule sur l'extérieur et après polymérisation ponce à l'eau au papier carrosier jusqu'à obtenir une surface parfaitement lisse et sans défauts. La coque est alors prête à recevoir sa couche d'accrochage de couleur grise, mais auparavant je dois vérifier si elle est bien dans sa ligne d'eau avec le lest tel que prévu.

Après ponçage final Après ponçage final On allège le lest Test en bassin Test en bassin

Résultat la coque est un peu sur le cul et si j'ajoute le poids prévu pour la terminaison je me retrouve lègérement en dessus de la ligne de flottaison tracée provisoirement au crayon sur la coque. Petite cure d'amaigrissement pour le lest qui passe de 2,750 kg à 2,300 kg. Ceci allège bien l'arrière et le voilier est maintenant dans sa ligne d'eau. Je vais donc pouvoir débuter avec l'aménagement intérieur puis la préparation pour la pose du faux pont en contre plaqué 0.8mm.

Il est donc nécessaire de poser au préalable les barots de pont,  les barotins, les poutrelles et les divers renforts qui viennent compenser les efforts de pression, de traction, et de torsion. C'est à ce moment la qu'il faut bien étudier et définir les accès à l'intérieur de la coque. Je triche un peu par rapport à l'original sur l'implantation et les mensurations des cabines et des claires voies pour faciliter l'accès à l'intérieur de la coque. Je pose également le pied de mât et je taille et profile le safran dans du contre plaqué épaisseur 10mm. Je pose ensuite un faux pont en CTPL de 0.8mm puis sur ce pont viennent collées une à une les lames en poirier de 2x3mm avec leur calfatage en papier cartonné de 0.4mm

Pose Barrots de pont Pose Barrots de pont Pose pied de mât Pose pied de mât Pose Barrots de pont Pose tube dd Jaumière fabrication du safra Pose des barrots Pose pieds de mât Pose pied de mât Implantation RC Renforts Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Pose des lames de pont Prépartaion des hiloires Préparation de la baignoire Baignoire en place Baignoire en place Préparation claires voies

 La suite vous est proposée sur la page suivante

 

 

Après avoir entièrement recouvert le pont, J'ai commencé par réaliser la baignoire qui recevra plus tard la barre à roue. Celle ci est amovible et son étanchéité est assurée par un joint torique de 2mm de diamètre.

Je poursuis avec la cabine principale avec sa descente, la claire voie et, tout à l'avant, le panneau de la soute à voile. Les panneaux vitrés de la claire voie peuvent s'ouvrir pour l'aération de l'intérieur. Il recevront juste après le laquage les montants et les barres de protection laiton qui permettent d'éviter qu'un objet ne vienne casser une vitre. Tout ce qui est acajou reçoit maintenent un vernis de protection brillant alors que les lames de pont en poirier resteront satinées.

Baignoire en place

Cabine principale et descente Claire voie Préparation du hiloire de protection de baignoire Les cales pieds au séchage Barres de protection pour claire voie 

Avant de poursuivre la réalisation et la pose des infrastructures sur le pont, il est absolument nécessaire de vernir la coque. Un première couche d'accrochage d'un vernis spécial deux composants est giclée. Un léger ponçage au papier carrossier grain 600 après séchage, puis je gicle la couleur blanche, qui sera suivie de la verte pour la partie immergée de la coque.

Couche d'accrochage Couleur Blanche Résultat final Résultat final

Après la mise en peinture, je pose le hiloire de protection de la baignoire et les cales pieds. Il faut maintenant réaliser le gréement et les voiles. Pour ce faire, un agrandissement d'un dessin de la vue de profil de Marilee à l'échelle 1/18 ème va beaucoup m'aider dans mon travail. Toutefois, avant de réaliser la voilure, il faut définir comment commander les écoutes des voiles. J'ai choisis de ne pas créer un circuit d'écoute à l'intérieur de la coque, ce qui parfois pose un problème d'accessibilité. Le circuit d'écoute sera donc sur le pont avec le treuil caché sous la cabine principale. Cette solution permet un accès facile et rapide au treuil en cas de déraillement du circuit de la poulie de commande. Les écoutes de grand voile et et du foc bômé sont rattachées sur ce circuit. Les photos et la vidéo qui suivent permettent de mieux comprendre la solution adoptée.

Dessin de Marilee échelle 1/18 ème L'auteur devant le plan Montage circuit d'écoute Montage circuit d'écoute Montage circuit d'écoute

Montage circuit d'écoute Montage circuit d'écoute Montage circuit d'écoute Montage circuit d'écoute

Vidéo du principe de fonctionnement du circuit d'écoutes

( Le petit ressort dans le circuit permet de maintenir une tension constante du circuit. )

 

Tel est l'avancement de cette construction au 02 août 2016. La suite sur la page suivante. ( Page 4 )

Après une longue pause estivale, à la veille de la saison hivernale, les activités reprennent dans l'atelier de GéGé Modélisme.

Il est temps maintenant de passer à la mâture et de commencer à gréer le voilier. Le mât est réalisé en prenant un scion de canne à pêche en fibre et en recouvrant celui-ci d'un papier autocollant imitation bois. C'est simple et l'effet est saisissant de réalisme. Astuce : Afin de permettre de transporter dans la voiture le voilier entièrement gréé, de ne pas chaque fois démater celui-ci et passer beaucoup de temps à gréer à nouveau à la navigation suivante, le mât est coupé et articulé à une hauteur permettant de rentrer facilement dans la voiture.

Bout dehors Bout dehors Support de bôme Support monté sur le bas mât Fixation haubans de mât

la pièce terminée  Extêmité bout dehors Articulation du mât Articulation du mât

La bôme de foc , de grand voile et le pic sont réalisés avec des tubes de fibre de carbonne également recouverts d'autocollant. Le bout dehors est réalisé en rondin de pin, mis en forme par ponçage

Toutes les ferrures sont réalisées sur mesure et en laiton. Les divers constituants et tout l'accastillage sont brasés à la soudure à l'argent.

Montage progressif du gréement Articulation de la bôme Le pic et son encornat Bout dehors et bôme de foc articulée

Pour permettre de gréer entièrement le bateau il est bien entendu nécessaire de réaliser toutes les poulies qui seront fonctionnelles. Elles sont constituées d'une caisse en bois, avec les réas et les attaches en laiton.

Caiise ébauchée avec réas laiton posés Prépartaion pour pose de l'attache Prépartaion pour pose de l'attache Pose de la ferrure Poulie double terminée et teintée

Poulie simple terminée

Les poulies une fois terminées il est alors possible de gréer complètement le voilier.

Détail bout dehors Bastaque

Je vérifie maintenant que l'astuce de pouvoir rabattre le mât me permet bien de transporter le voilier entièrement gréé dans la voiture et j'en profite pour faire un test dans l'eau afin de contrôler que Marilee est bien dans ses lignes et lesté en suffisance.

Articulation du mât Marilee sur le lac

 

La suite sur la page suivante avec la réalisation des voiles.

 

La réalisation des voiles

Avant de découper un jeu de voiles dans le tissus, je réalise des patrons en papier qui sont soigneusement ajustés sur la mâture. Cette opération réalisée les patrons sont démontés et servent de modèle pour marquer le tissus.

Ajustage patrons en papier Dscn4098 copier Le tissus de doublure Un jeu de voiles découpé Voilier gréé en atelier

Le tissus est synthétique et c'est du tissus de doublure très souple et légér qui se découpe bien au fer à souder.

L'original en navigation Dscn4151 copier

Il est maintenant possible de tester le voilier à la première occasion et c'est finalement le 30 novembre 2106 par temps calme que Marilee va tirer ces prmiers bords pour montrer ses capacité par vent pratiquement nul. Mieux qu'une longue description, après le photos ci dessus, la vidéo prise cette journée-la vous dévoile ce dont elle est capable. Il ne reste maintenant plus qu'à faire différents tests par vents modérés à fort pour trouver ses limites.

Mes calculs et estimations en début de construction ont été revus à la baisse ce qui fait que, finalement, j'arrive à un déplacement actuel de 4kg600 avec 2kg 330 de lest.

J'ai prévu de pouvoir ajouter du lest si nécessaire et ce n'est que après les différents essais par diverses conditions que celui-ci sera ajouté ou non.

La suite prochainement, à bientôt.

Commentaires (26)

1. Serge 01/12/2016

Je n'aurais qu'une réponse simple à t'opposer!
Je hais les correcteur automatique.

2. g-hautier-modelisme (site web) 20/11/2016

Hello Serge, Quand j'étais à l'armée,puis plus tard dans ma société de musique, je portais une fourragère avec mon uniforme ! Par contre, maintenant, en ce qui concerne Marilee j'aurais pu faire une fougère ce qui est aussi en quelque sorte une décoration pas forcément nécessaire et que beaucoup de voiliers n'ont pas.

3. Serge 20/11/2016

Hello Gégé,
Les fourragères, c'est pas ton truc!,-)

4. g-hautier-modelisme (site web) 15/06/2016

Bonjour .
Il n'existe pas à ma connaissance de plans à l'échelle 1/18 ou 1/15 ème de ce voilier Marilee, Ce que l'on voit dans mon reportage sont des agrandissement de triptyques publiés dans des livres ou revues spécialisées.

5. ARNOLD Michel 14/06/2016

Bonjour Gégé
Je me regale à chaque mise a jour, que j'attends toujours avec impatience, sur l’avancement de ce superbe bateau, je me permet de poser une question déjà évoquée, existe t'il un plan à cette échelle et comment se le procurer.
Bien amicalement et encore bravo

6. g-hautier-modelisme (site web) 12/05/2016

Tu vas rire Jaques mais moi aussi je me demande pourquoi ! Plaisanterie mise à part, c'était un jour ou j'avais envie de pinailler et de me faire plaisir, parce que c'est tellement plus beau lorsque c'est inutile !! ;)

7. jacques63 12/05/2016

Salut Gégé,

je suis admiratif de la qualité de pose de ton bordé et du magnifique "parquet" de pont, mais je me demande pourquoi tu as perforé tes couples?

Merci pour ton site!

Jacques

8. Marc Vantieghem 27/04/2016

Salut Gégé.
Toujours fidèle à lui même, Gégé ne nous présente que des merveilles pour notre plus grand ravissement. Quelle finesse cet intérieur de coque!
Mille fois merci

9. Philippe Chanez 26/04/2016

Bravo GéGé pour cette magnifique réalisation et pour la qualité de ton reportage.
Vraiment, c'est un réel plaisir de te suivre dans chacune des étapes de cette sublime construction. Grâce à toi, on apprend non seulement l'historique de ce voilier mais on peut également progresser dans nos méthodes de construction. C'est assez rare de pouvoir suivre la construction d'un modèle "pas-à-pas et MERCI encore de nous faire partager ton bonheur!

10. g-hautier-modelisme (site web) 27/01/2016

Bonjour Pascal.
Forage des couples égale 47 grammes de gagnés. Des clopinettes !!!!! Mais c'est un bel exercice de style, même si cela ne sert pas à grand chose. ;)

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau