Le bilet de novembre 08

 GéGé  et ses jeunes années !

 

Je vous le disais dans un précédent billet, lorsque j’étais jeune, dans les années 50, j’avais réalisé des hydroglisseurs très simples propulsés à l’époque par des moteurs de 2,5 et 3.5 cm3 avec hélice aérienne.

Ces moteurs étaient à échappement libre c'est-à-dire sans silencieux ou pots d’échappements.

 Comme je n’avais aucun moyen de téléguider mes modèles, je ne pouvais que compter sur la barque de mon grand-père, lorsque ce dernier n’était pas à la pêche, pour récupérer mes modèles sur le lac lorsque le réservoir d’essence arrivait à sec.

 Imaginez maintenant le tableau. Un gamin de 10 ans, au bord de l’eau avec son matériel, et qui règle au pif son bolide pour que ce dernier décrive  si possible de grands cercles sur l’eau.

Une fois sur deux, mon hydroglisseur ne partait pas ou je le souhaitais, souvent tout droit et surtout pas ou je le désirais, filant juste ou se trouvaient les pêcheurs ou en plein milieu d’un groupe de canards.

J’étais devenu le champion de l’aviron à force de ramer parfois un kilomètre  pour aller rechercher mon bolide sur l’autre rive du lac.

 J’ai aujourd’hui beaucoup de reconnaissance pour le voisinage et les pêcheurs qui étaient bien surpris de voire arriver ces engins pétaradants et fumants. Figurez vous que jamais, vous avez bien lu, jamais ces gens la n’ont mal réagis. Il y aurait pourtant eu de quoi, et bien non, parfois une petite remarque gentille, mais jamais je ne me suis fais engueuler.

 Faites la même chose aujourd’hui, vous aurez la gendarmerie qui débarque dans les dix minutes, vous ferez la une des journaux du lendemain et vous aurez toutes les associations écologiques sur le dos pendant au minimum une année.

 Je suis conscient d’avoir vécu une très belle époque, ou l’on savait encore la signification du mot tolérance. J’en garde un souvenir inoubliable.

 Quand aux pêcheurs, rassurez-vous, ils n’ont pas pris un seul poisson de moins à cause de moi. ( je l’ai su des années plus tard en discutant avec eux! )

 Et les canards ? A voir la prolifération de ces derniers sur le lac aujourd’hui, je ne dois pas être responsable de la disparition d’une seule espèce.

Tout au plus, peut-être une grenouille a-t-elle fait un infarctus à cause de moi ? Ca c’est très grave et je m’en excuse. Pensez donc, une paire de cuisses en moins dans votre assiette de gourmet, je sens bien que vous n’êtes pas prêt de me le pardonner.

 Meilleures salutations  et rendez vous avec le prochain billet ou je vous expliquerais comment je fabriquais moi même le carburant utilisé pour mes moteurs!

 

GéGé

La Vallée de Joux vue d'avion