le billet de janvier.. 2011

Une campagne aseptisée et insonorisée.

Jusqu’à une période pas si lointaine, la campagne était relativement épargnée par ce que j’appellerais la manie de l’aseptisation et de l’insonorisation.

Les habitants y vivaient heureux et sans trop de problèmes, jusqu’au jour ou, beaucoup trop de personnes avides de nouvelles découvertes et de sois disant retour à des choses simples, ont débarqués, souvent depuis la ville, envahissant progressivement cette campagne avec une nature si accueillante à leurs yeux.

Lorsque ces derniers ont souhaités s'intéger et véritablement vivre pleinement l’expérience de la campagne les choses se sont rapidement gâtées.

En buvant le lait et en mangeant les fromages que nous dégustions tous les jours depuis notre plus tendre enfance, beaucoup ont été malades. Résultat, après quelques années, sous prétexte de listériose et autres maladies il devient difficile de nos jours de trouver du lait cru ailleurs que chez un paysan et les fromages sont fabriqués au lait thermisé. Les campagnards eux n'étaient pourtant pas malades en buvant ce lait cru et en dégustant les fromages fabriqués avec !

En voulant boire à la fontaine du village ou nous nous désaltérions depuis toujours, voilà encore certains de ces nouveaux venus qui tombent malade. Décidément bien fragiles ces citadins ! Rapport du médecin, enquête et voilà les ennuis qui commencent !

Résultat : Vous ne trouverez pratiquement plus de fontaines sans le traditionnel petit écriteau « Eau non potable » Alors que nous pouvons continuer sans problème à boire de cette eau.

Depuis ma plus tendre enfance, j’aimais me laisser bercer par le son des cloches des vaches le soir venu lorsque j’étais dans mon lit. Depuis l’arrivée des citadins et leurs interventions auprès de la mairie tout cela est terminé. Même que les clochers des villages doivent rester muets dès 21h00 le soir afin ne pas troubler la quiétude de nos hôtes.

Dans un village de ma région, un coq qui, comme il l’avait appris dans les livres, se croyait malin de chanter aux aurores à vite compris que les choses avaient changés. Il passé de vie à trépas sur plainte du voisinage. Souvent, et pour les mêmes raisons, les bassecours disparaissent une à une et bientôt nos petits enfants découvriront les animaux de la ferme naturalisés dans un musée.

C'est tout de même incroyable, on en arrive à détruire les nids d'hirondelles sous prétexte qu'elles salissent le sol de leurs déjections, les agriculteurs se font insulter parce que le lisier sent la merde, les enfants font trop de bruit dans les cours d'école et les places de jeux, les bûcherons sont trop bruyants, les corbeaux et les corneilles ont un cri désagréable, etc....etc... 

Nous vivons donc dans un monde de plus en plus aseptisé ou plus personne n’est immunisé naturellement contre beaucoup de germes, de microbes ou de virus et ou on ne sait plus faire la différence entre un bruit et un son naturel. Même le chant des rivières et des ruisseaux n’est plus toléré. Qu’un renard se mette à glapir au clair de lune et voilà le garde chasse informé que la prolifération du renard devient un véritable danger pour le sommeil et la sécurité de la population.

C’est bien regrettable ! Que ce manque de tolérance de quelques personnes trouve gain de cause auprès des autorités et influence petit à petit la vie d’une région entière m’indispose fortement.

Et puis, tout à fait entre nous, mais n’allez surtout pas le répéter, les plus intolérants sont souvent ceux qui passeront des heures le samedi à tondre leur gazon avec une machine si bruyante qu’elle em….. tout le voisinage. Le soir venu, vous les retrouverez en disco, et hop, plus de 100 décibels dans les oreilles ! Finalement, le dimanche venu ils iront arpenter les chemins forestiers au volant de leur gros 4x4 à la recherche de…………. la tranquillité !! Et n'allez surtout pas allumer un petit feu pour griller vos saucisses, celà va les iriter sous prétexte que la loi interdit maintenant de faire du feu en forêt.

A propos d'interdiction, sachez encore que je ne sais quels illustres "bobets" **  le cul rivé sur leurs chaises de bureau et qui n'ont certainement jamais mis les pieds dans nos forêts n'ont rien trouvés de mieux pour s'occuper que de promulguer une nouvelle loi interdisant toute circulation sur les routes forestières de ma région.

Que faire ? Il serait parfois cruel de dire aux intéressés ce que l’on pense d’eux avait dit je ne sais plus qui. Et bien moi je vais toutefois m’y risquer.

 « Mesdames, Messieurs qui cherchez à révolutionner le monde campagnard, vous n’êtes qu’une bande de rigolos. Sachez bien que nous ne vous avons pas attendu pour nous dicter ce qui doit faire notre bonheur. Personne ne s’aviserait de faire le bien au nom du mal, mais vous, ce qui vous caractérise, c’est que vous prenez un malin plaisir à faire le mal au nom du bien ! »

La campagne, ses odeurs, ses bruits et ses coutumes vous indisposent ! Qu'à celà ne tienne, vous pouvez toujours la quitter pour aller imposer vos idées saugrenues et vos lois idiotes ailleur !

A bon entendeur salut !

GéGé

** Bobet **  Expression du patois du Canton de Vaud en Suisse, voulant dire en équivalent français : "idiot du village", "simplet".

Commentaires (5)

1. Daniel 28/01/2011

Bonjour et bonne année à tous .
Je crois que la solution est la destruction de l'ENA ( pour la France), pour vous je ne sais..
Figurez vous que quelques hurluberlus, parlaient de mous interdire un plan d'au sous prétexte que nous dérangions les canards...Quand les volatils du plan d'eau voient nos bateau ils ne bougent pas d'un poil ! En plus nous faisons attention à eux !
Ce qu'ils ne voient pas c'est que toutes les semaines nous nettoyons la petite plage ou nous installons.
Quant aux cloches, celles prés de chez moi se taisent à 22h, mais pas les fétarts qui rentrent à 2 heures.
Bien cordialement à tous

2. Alexandre Mischler 06/01/2011

Salut Gégé!

Bravo pour ton billet de janvier.

Avec un pied en ville pour mon boulot et ma maison en campagne, je suis souvent confronté aux propos dogmatiques de quelques urluberlus pseudo-écolos qui me gonflent avec leurs théories à quinze.

Que les vaches continuent à péter et les coqs à chanter!

Très bonne année pour toi et ta famille et merci pour ton site si passionnant.

Alexandre Mischler

3. roger varidel 03/01/2011

SALUT GéGé

bravo pour ce coup de gueule . toutefois
nos autorités sont en partie responsable pour attirer de nouveaux contribuables aisés qui sont un peut étroit d'ésprit et qui pense qu'a la campagne tout le monde dort !!!

salutations bonne année

roger varidel

4. Brodbeck Georges 03/01/2011

Bonjour, je suis nouveau sur votre site que j'aprècie énormément ,je rejoins votre humeur du dernier billet,je le vis au quotidien,surtout que depuis la dépose des trois dernières et j'éspère dernières éoliènes,au vus que l'on décide tout pour vous dans,ce que seras votre quotidien au niveaux des nuisances, vous acceptez, ou vous partez;mais je m'accroche ,entre autre sur le ketch que je suis en tran de peaufiner (libera océan: graupner 1998)je me réjouis de le faire voguer sur votre magnifique plan d'eau.
tout mes voeux et bonne santé,au plaisir de vous rencontrer, meilleures salutations G.Brodbeck

5. Lours 03/01/2011

Salut Gégé

Comme tu as raison !
Ces gens nous foutent en l'air notre façon de vivre, notre tranquillité et nous attaquent en justice pour une vache qui fait trop de bruit quand elle broute la nuit, sans cloche au cou (Ce n'est pas une blague, mais un exemple de plus de la stupidité des "ami(e)s de la campagne" qui viennent des villes).
Ces "bobets" qui ne savent même pas qu'on doit s'occuper des animaux 7/7 jours. Un agriculteur ou artisan travaille aussi samedi et dimanche et les jours fériés. A la campagne one ne laisse pas tomber son stylo à 17:00 heures pour se mettre devant la boîte à grimasses pour voir d'autres "bobets de la ville" faire de blagues débiles sur les gens qui travaillent la terre et l'artisanat.
Je considère le comportement des ces gens comme une vraie pollution, bien pire que les pets de vaches.
On n’a malheureusement peu de moyens pour renvoyer ces "bobets" chez eux en ville, car la menace d'un procès nous attend à chaque fois que vous faites valoir votre droit de vivre normalement, comme à la campagne mais sans renoncer aux progrès technologiques.

Pourquoi les chemins agricoles et forestiers sont de plus en plus souvent interdits à la circulation, mêmes pour les vélos ? On ne peut que remercier les gens irrespectueux, venant majoritairement des villes, laissant leurs déchets n’importe où et se parquant n’importe comment.
Je me suis fait dénoncer par un « bobet de la ville », car je circulais avec ma voiture dans ma forêt ! Le « bobet de la ville » prétendait même que toutes les forêts appartenaient aux communes ou à l’état et que ce n’était pas possible d’être propriétaire d’une forêt en Suisse.

Ce qui nous reste à faire c’est de résister à cet « intégrisme des jeunes cadres dynamiques de la ville à tendance politique verte » et transmettre notre façon de vivre à nous enfants.
Mais rien au monde me fait plus plaisir que de voir des bagnoles de « bobets » rayées par des cornes de vaches ou cloches ou encore mieux, s’il en petit crépissage avec de la matière première pour lisier a eu lieu. C’est la meilleure et la plus naturelle réponse que ces gens méritent. Qu’ils apprennent d’abord à marcher, à conduire, se parquer et nous parler correctement en dehors de leur environnement bétonné, aseptisé et artificielle des villes avant de nous déranger avec des exigences déplacées.

Assez rouspété, les chevaux du voisin sont sortis et galopent devant mon salon. Il faut profiter de ce beau spectacle avant qu’intégriste de la ville fasse un procès au propriétaire pour les abattre parce qu’ils ont tué des mouches avec leur queue… mais, .. je suis bête, il n’y a pas de mouches en hiver, la logique des gens de la ville commence à déteindre sur moi … ?

BONNE ANNEE 2011 !

Salutations de l'ours

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau