Socle pour machine à vapeur

 

 

Réalisation d’un socle pour présentation d’une machine à vapeur

 

    ( Cliquez sur une image pour la voire en taille réelle )

Le socle de la machine semble attirer l’attention des lecteurs. J’ai donc pensé qu’un complément sur sa réalisation serait le bienvenu.

Dans un premier temps, j’attire l’attention du modéliste sur l’usage et la destination d’un socle. Il faudra bien différencier un socle de présentation statique, d’un socle permettant l’usage de la machine.

Certaines évidences sont toujours bonnes à rappeler pour éviter toutes déceptions à l’usage.

Avec cet article, nous allons faire le tour de la construction du socle que j’ai réalisé. Sa conception est très simple et les matériaux utilisés sont tous issus du commerce.

 

Liste des matériaux :

.-Une planchette de contre plaqué (Taillée à votre mesure)

.-Un lot de baguettes dans l’essence de votre choix.  (Dans mon cas du pin, tout simple)

.-De la colle à bois « UHU» ou « SADER » (spéciale milieu Humide, pour ceux qui utilisent  leur machine)


.- Des tesselles au choix, d’une ou de différentes  couleurs  (effets de Tapis).

 

.- De la colle spéciale pour tesselles.

.-Du joint spécial pour tesselles.

 

Ces trois articles s’achètent dans les magasins de travaux manuels ou de bricolage.

.- De la gouache en tube, pour ceux qui veulent teinter leur joint, L’encre doit bien convenir également.

Les tesselles, la colle et joint sont de la marque « Ludy ». Je pense qu’il existe d’autres marques.

Pour la finition, j’ai aussi utilisé une application « Céruse » marque « Libéron »  et une finition de la même marque.

Note : les tesselles que j’ai utilisées sont d’un aspect céramique mat.

 

La liste des outils utilisés :

.- Un dessous de plat en verre, pour garder une parfaite planéité pendant la pose des tesselles.

.- Prévoyez une plaque de verre épaisse et bien protégée si vous réalisez un gros socle.

.- Des serre-joints, équerre, réglets, et diverses scies à angle. ( Scie à onglet pour réaliser les biseaux à 45 degrés du cadre )

 

.- Une ponceuse à disque à poste fixe  marque « Proxon »

Nous pouvons maintenant commencer la construction:

Tout d’abord, il est utile d’évaluer vos dimensions, il est recommandé de faire un montage à blanc de votre machine en place, afin de parfaire la disposition de vos tesselles. Vous pouvez alors définir le dessin qui vous convient le mieux. Un tapis… Un damier… Etc…

Cela est important pour l’effet visuel des couleurs en présence, couleurs qui viendront en contraste ou en camaïeux des couleurs  de la machine.

Attention de ne pas faire « Perroquet » par l’apport de trop de couleurs différentes.

Une fois votre choix établi, il n’y a plus qu’à réaliser le calepinage* des tesselles (vivement recommandé)

Le travail répétitif  de la pose des tesselles est souvent fatigant pour l’œil. Les erreurs d’écarts d’espaces arrivent rapidement.

C’est un travail simple, mais fastidieux. Il doit pourtant être parfaitement réalisé sous peine d’un résultat final médiocre.

Il est important de savoir que les tesselles bougent au collage! Je pense que cela provient de la colle qui applique des tensions en séchant et génère ainsi des mouvements  parasites. Il est donc indispensable de gérer les apports de colle au moment de l’application sur le bois et d’éviter les grosses différences de quantité. Une vérification constante des tesselles est aussi indispensable.

Dans un premier temps, pour m’aider dans la pose des tesselles, j’ai réalisé avec le plus de rigueur possible la pose d’une ligne de tesselles dans la sens de la largeur. J’ai réalisé la longueur par la suite. Je dois vous dire que j’ai prévu une planchette un peu plus grande afin de pouvoir ajuster le support bois en fin de collage. D’où l’utilité de la ponceuse « Proxon » !

 

L’équerre trouve toute sont utilité à ce moment là, le calepinage* aussi. Après avoir posé la première ligne en largeur, j’ai attendu que la colle prenne bien et rende les tesselles semi rigide sur la planchette.

Cela m’a permis de poser mon équerre sur ce support  et de garantir la pose de la longueur bien d'équerre par rapport au premier côté.

Une fois les deux cotés réalisés, les choses deviennent plus simples. Il suffit alors d’enduire le bois de colle et de l’étaler uniformément. J’ai réalisé le plateau ainsi en quatre ou cinq étapes, ceci afin de bien vérifier les mouvements des tesselles jusqu’au séchage complet de la colle.

 

A ce stade de la construction, il est utile de confirmer que je n’ai ni vernis, ni peint le bois.

Rappelons que ma machine pèse environ 600 grammes et que la planchette fait environ 21 X 12 cm.

Pour ceux qui souhaitent faire tourner leur machine ou pour les grosses pièces, «fibrer » la planche au préalable serait peut être un plus. L’utilisation d’une colle spécifique pour carrelage serait également préférable car elle contient de la résine.


Réalisation du joint :

Attention, la pose du joint ne se fait qu’après avoir réalisé le cadre !!!

Là aussi c’est simple, mais il doit être réalisé convenablement. Bien sur il faut que tout soit sec et les tesselles toutes bien collées.  Comme je vous l’ai dit dans le précédent reportage j’ai coloré l’eau de mouillage du joint avec de la gouache noire ; Le joint « Ludy » est blanc.  Cette opération n’est donc pas obligatoire.

Une fois votre mélange «onctueux» et dépourvu de bulle vous appliquez le joint uniformément sur les tesselles. La meilleure façon d’obtenir un bon résultat sans avoir de creux est d’appliquer  par le travers des tesselles, et de bien croiser les applications … Jamais dans le sens des lignes droites. On enlève la matière ainsi au lieu de la déposer.  Le nettoyage se fait à l’éponge humide après séchage du joint.

Pour ceux qui souhaitent utiliser leur installation, je recommande une planche  en contre plaqué marine dont l’épaisseur est  en rapport avec le poids de la machine, ceci évitera les flexions à la manipulation, ce qui briserait à coups sûr le carrelage.

Pour les charges importantes, plus d’un kilogramme, je recommande la construction d’un bâtit en tasseaux afin d’obtenir un meilleur maintien.

Enfin, je pense que le fait de « fibrer » le dessus de la  planche selon la méthode proposée par Gégé serait un plus appréciable. ( Rappel de la méthode en cliquant …. ICI  )

Pour conclure, je pense qu’un joint spécial carrelage cuisine ou salle de bain serait de meilleure qualité pour isoler au mieux ce support des projections d’eau chaude et d’huile forcément inévitables.

 

Réalisation du cadre.

Il est directement en rapport avec l’épaisseur que vous avez retenue.

Pour ma part,  j’ai réalisé deux cadres venant s’emboîter l’un au dessus de l’autre comme le couvercle d’une boîte à chaussure.

Le premier est le support « physique ». Il est collé sous la planche. Il accueillera en son centre, et si nécessaire, les renforts pour les « gros poids » Il est aux dimensions exactes de la planche et de son carrelage fini sans le joint.

 

Les deux cadres sont donc soigneusement construits. Ils doivent s’adapter parfaitement l’un dans l’autre, de façon que le jeu fonctionnel de l’entourage soit bien de la même épaisseur que celle du joint que vous avez fait sur la planche. C’est à ce moment la que l’on ajuste la planche ou la planchette avec la ponceuse à disque.

 

Afin d’obtenir le meilleur effet, Il ne doit pas y avoir de différence d’épaisseur entre le joint, le carrelage et l'entourage. Tout devrait se trouver à la même hauteur.

En résumé, il convient d'abord de coller la planche couverte de son carrelage sur le premier cadre ( inférieur ). Puis, après séchage, la pose du cadre d’embellissement vient entourer « coiffer » le tout.  Ajustez soigneusement l'épaisseur de ce deuxième cadre par rapport à l'épaisseur du socle et collez.

Il ne vous reste alors plus qu’a réaliser le joint comme préalablement indiqué.

 

Le joint sec il convient de le traiter, pour ceux qui le souhaitent, par l’apport d’un produit imperméabilisant et de réaliser la finition du cadre d’embellissement dans la teinte souhaitée.

 

 Avec ce complément, j’espère avoir apporté toutes les explications utiles aux modélistes sensibles à ce type de présentation de leur machine à vapeur.


* Calepinage :  Le calepinage est l'art de monter à l'échelle, sur un croquis, la disposition d'éléments de formes définies, pour former un motif ou composer un assemblage et d'en calculer le nombre nécessaire pour couvrir une surface ( carrelage couverture plaquage. )

 

 Bien amicalement SERGE

Commentaires (1)

1. Philippe Chanez 29/09/2010

Bravo Serge pour cette réalisation et un grand merci pour nous faire profiter de votre expérience (toutes ces indications et autres précisions me seront d'une grande utilité!)
En sus, non seulement la démarche est très bien expliquée mais nous avons également droit à une explication de terme spécifique; c'est complet!
Au plaisir de vous relire pour d'autres réalisations
Très cordialement Philippe

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau