Condor Magic EVO 4

Planeur Condor Magic EVO 4

 

Ce planeur est produit et commercialisé par la firme Fly Fly hobby ( firme Chinoise ) qui propose un kit pré-construit.

Fuselage en fibre de verre / ailes en bois coffrées balsa recouvertes Oracover blanc / Stabilo en balsa ajouré / Dérive en bois plein ( balasa ou samba ? ) également recouverts en Oracover. Un sachet avec divers composant nécessaires au montage, une clef d'aile de 12mm. en carbonne, une verrière et des décalque pour la décorations compètent ce kit.

Je me suis procuré ce kit d'occasion chez un modéliste qui liquidait du matériel et qui ne souhaitait pas l'assembler. Le vendeur avait mis à la poubelle le stabilo et la dérive car selon lui beaucoup trop lourds. Le reste du kit est en bon état, mis à part l'entoilage Oracover qui est à reprendre entièrement car passablement détendu. Le fuselage est celui de la version motorisée électrique, avec le nez coupé et le couple moteur déjà posé.

Carractéristiques du planeur :

Envergure 3 mètres / Longueur 1, 27 mètre / surface alaire 50,4 dm2 / Profil aile Epler 205 / Poids annoncé en ordre de vol de 1,700 kg à 2,100 kg. / Commandes : Ailerons / Flaps / Direction / Profondeur / Moteur si version motorisée. Profil des ailes Epler 205

Planeur terminé

 

Préparation et assemblage.

Disons le d'emblée, les kits FlyFly ne sont pas forcément réputés pour leur qualité et leur bienfacture. J'avais promis que jamais je n'assemblerais un kit de cette marque et pourtant, dans le but de vérifier et de pouvoir en parler en connaissance de cause, j'ai décidé de tenter l'expérience. Je serais donc sans complaisance pour ce test et n'hésiterais pas à vous faire part de tous les défauts constatés et des améliorations possibles pendant l'assemblage.

Un rapide inventaire du kit montre que quelques pièces du sachet des composants divers seront à remplacer. Je décide de commencer par retendre l'Oracover sur les ailes pour faire disparaitre tous les plis disgracieux qui se sont formés. De toute évidence, celui ci n'a pas été posé correctement. Une bonne heure de travail au fer à repasser et l'entoilage se retrouve lisse comme une peau de bébé.

Le fuselage est bien moulé et fait preuve de solidité. La poutre arrière qui supporte la dérive, point faible de certains fuselage, est ici vraiment bien pensée et solide. Le gel coat est également de bonne qualité. La verrière et son baquet ne sont par contre pas ce qu'il y à de mieux. Trop fragile à mon goût et avec un système de verouillage qui ne me plait pas du tout. J'y reviendrais plus tard.

Je décide de traiter ce modèle en planeur pur, donc de ne pas installer de motorisation, ce qui nécessite de lui refaire un nez. J'en profite pour réaliser un nez tourné dans du bois et évidé, ce qui va me permettre de remplir celui-ci de plomb avant de le poncer soigneusement, de le vernir, puis de le coller et visser contre le couple moteur. Une rondelle de plomb viendra également fixée juste derrière le couple sur lequel le nez est solidement vissé et collé. Voilà donc une petite partie du lest nécessaire à l'avant du planeur déjà en place.

Tournage nez en bois Tournage nez en bois Le plomb est coulé Dressage face arrière du nez Mise en couleur Face arrière Mise en place du nez Fabrication lest, coulé dans des moules

Cette opération réalisée, je procède à la fabrication des deux pièces manquantes dans mon kit, soit le stabilo et la dérive. Le vendeur avait eu la bonne idée de tracer les contours de ces deux composant et d'en relever les cotes principales avant s'en débarraser, ce qui va me faciliter la tâche.

Plan stabilo et gouverne direction Stabilo découpé Gouverne direction en structure Poids gouverne direction terminée Poids stabilo terminé Montage stab et direction

Le stabilo sera réalisé dans une planche de balsa épaisseur 6 mm. et le volet de direction sera construit en structure balsa, ceci de manière à être le plus légér possible sur l'arrière du fuselage, ce qui limitera le lest nécessaire sur l'avant pour l'équilibrage.

La commande du volet mobile du stabilo ( profondeur ) sera actionnée par un servo logé dans la dérive, ce qui permet une commande directe et sans jeu. Le servo est positionnée grâce à des plots en bois dur, collés sur une parrois de la dérive, et  maintenu en place grâce à une traverse en CTPL de 1mm qui le presse contre la parrois de la dérive. Une rallonge sera donc nécessaire pour connecter ce servo au récepteur situé à l'avant, dans la cabine, maintenu lui même par un velcro sur son support.

servo dans dérive Servo fixé dans dérive Commande profondeur commande volet direction commande volet direction crochet de remorquage ouverture crochet de remorquage Installation RC

Le volet de direction est commandé par deux cordes à piano de 1mm qui fonctionnent en va et vien en coulissant à l'intérieur de deux gaines collée d'origine dans le fuselage. Le système est bon mais le remplacement des cordes à piano par des câble fin permet d'obtenir un fonctionnement beaucoup plus libre et plus doux, sans point dur.  Comme ce planeur est desité à être remorqué un crochet commandé par un servo sera installé. Celà n'est pas prévu d'origine et je choisis une solution simple et éprouvée sur un modèle de ce genre, c'est à dire de 3 mètres d'envergure pour un poids d'environ 3 kilos. Un interrupteur trouve place à côté du servo de direction et sur le fond du fuselage, juste à l'avant du récepteur, une planchette solidement collée en place permettra de recevoir et de fixer le lest d'équillibrage et la batterie d'alimentation du récepteur.

Lest de centrage Lest de centrage

A ce stade de l'assemblage, une chose dont je suis pratiquemenr certain avec l'expérience, c'est que le poids annoncé par FlyFly pour ce modèle en ordre de vol est fantaisiste. ( 1kg900 à 2kg100 annoncés )  Un modèle de 3 mètres fera très certainement entre 2,7kg et 3kg.

Un rapide constat de poids des composants en présence donne déjà un poids de 2kg300 et ceci sans le lest qui est estimé à environ à 400 grammes !

La suite sur la page suivante.

 

 

Les ailes

Il est temps de passer à la terminaison des ailes. Celles ci comportent des ailerons et des volets qu'il faudra relier à des servos logés à l'intérieur des ailes, dans l'épaisseur du profil. Ces ailes sont construites entièrement en bois et coffrée balsa. Un fourreau en fibre de verre reçoit la clef d'aile en fibre de carbonne de 10mm. Cela me semble un peu juste et un diamètre de 12 aurait été préférable, D'autre part les ailes ne semblent pas posséder de renfort en fibre. Il faudra donc être prudent, ne pas considérer ce planeur comme un planeur permettant une voltige trop violente et faire preuve de beaucoup de douceur sur la profondeur dans les ressources.

Dscn0378 1 Détail ouverture Collage des plots de maintien Barette de maintien Fixation commande aileron Dscn0407 Fermeture ABS

vue des deux ailes Les Winglets Sortie rallonges à l'emplanture

Il est nécessaire d'agrandir les ouvertures circulaires prévues d'origine à l'extado et procéder au renforcement de l'intrado dans ces puits de servo par un tissus de fibres verre de 90gr signeusement résiné. La notice préconise le collage de ces servos au double face, solution que je souhaite éviter car peu fiable dans le temps à mon avis. Mes servos seront donc positionnés et fixés solidement par des petits plots en bois dur collés sur le renfort de l'intado et une barette vissée sur ces plots pour le plaquer le servo au fond de l'ouverture. Un cache en ABS viendra ensuite refermer ces ouvertures et ne laisser passer que les tiges de commande. Cette solution à l'avantage de pouvoir retirer rapidement et en tout temps un servo défectueux ou sur lequel il serait nécessaire de changer un palonier.

Le raccordement des servos au récepteur demande la fabrication de rallonges qui seront passées facilement à l'intérieur des ailes grâce aux fils qui ont été préalablement introduits à l'intérieur de celles-ci par le fabricant.

Les extrêmités des ailes sont terminées par des winglets qui seront collés en bout d'aile. Les surfaces de collage des winglets sont à reprendre, et les trous qui doivent permettre le guidage et le bon positionnement au collage sont à modifier puisqu'il ne permettent pas un alignement correct de ces wiglets.

Sortie rallonges à l'emplanture Equilibrage Vue d'enssemble Détail verrière Vue de face détail Winglet en bout d'aile

Le système de fixation et de positionnement des ailes sur le fuselage est mauvais. Fly Fly aurait pu faire vraiment mieux ? D'autre part, les trous de positionnement des tenons dans les ailes et ceux du fuselage ne sont pas en correspondance et décalés d'au moins 1 voire 2mm. Encore une chose à corriger ! Je choisis également de ne pas modifier ce système pour l'instant, tout en étant persuadé que celui-ci ne vas pas résister très longtemps et qu'une modification sera probablement nécessaire à postériori.

Poids total après équilibrage et centrage à 85mm du bord d'attaque 3kg000. Si après le premier vol il s'avère centé trop avant, le centrage à 95mm du bord d'attaque nécessite d'enlever 150 gr. de lest ce qui donnerait un planeur de 2kg 850, voire encore moins si le centrage devait se faire à 100mm. A ce stade il n'y à plus que les essais en vol qui pourront définir quel est le bon centrage.

Tel est l'avancement de cet assemblage au 27 janvier 2015, la suite très bientôt !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau