Le K8b

Le K8b

 

Le modèle original

 

Alexander Schleicher K8 : monoplace d'entraînement semi acrobatique. Construction en bois, toile et tubes métalliques. Premier vol en 1957. Finesse : 27 à 72 km/h; chute minimale : 0,65 m/s. Plus de 1 000 exemplaires furent fabriqués. Il est encore fort utilisé comme planeur d’agrément, en vol local, et a d’excellentes caractéristiques par petit temps.

La maquette.

Elle sera la reproduction conforme du planeur immatriculé en Suisse HB- 753

L'original en remorquage

Celle-ci sera réalisée à l’échelle ¼, donc un envergure de 3,75 mètres, selon plan, au plus proche de l’original et entièrement en bois. Balsa pour les nervures et les coffrages, contre plaqué pour les couples, pin pour les longerons.

La structure doit être à la fois légère, souple et résistante aux contraintes. La construction terminée le planeur sera entièrement recouvert de toile. Cet entoilage sera ensuite verni pour obtenir les couleurs de l’original.

Les ailes sont munies d’aérofreins qui sortent à la fois sur l’intrado et l’extrado, gage d’une bonne efficacité.

Le plan

Le fuselage.

Construction classique sur chantier avec couples en contre plaqué et longerons en pins pour leur maintien. Les tubes métalliques sont remplacés ou simulés par quelques baguettes rondes en hêtre. Dans le nez du planeur se trouve le crochet de remorquage.

Début de construction fuselage

Les ailes le stabilo et la dérive.

Construction également sur chantier, à l’aide du plan protégé par une feuille transparente. Le vrillage très précis de l’extrémité de l’aile est obtenu avec l’aide d’un gabarit. L’assemblage, la pose des aérofreins et la vérification de leur bon fonctionnement demande un soin particulier.

Construction des ailes Construction stabilo Construction dérive Aérofreins extado et intrado Construction terminée

Le poste de pilotage.

Le poste de pilotage est aménagé au plus près de la réalité et un pilote à l’échelle viendra donner la touche finale de réalisme.

Poste de pilotage Le pilote sous la verrière

L’installation RC et le vol.

L’installation est la suivante : Dans le fuselage les servos pour la commande du crochet de remorquage, de la direction et de la profondeur. La batterie et le lest se trouvent tout à l’avant dans le nez du planeur. Le récepteur trouve sa place sous le plancher juste derrière le pilote

Dans les ailes se trouvent les deux servos de commande des ailerons et les deux servos de commande des aéro-freins.

Montage avant entoilage Détail stabilo et dérive C'est de la dentelle !

Quelques vues du planeur assemblé avant son entoilage et peinture. Celà représente déjà pas mal d'heures de boulot !!

L'entoilage et la mise en peinture vont me prendre encore quelques semaines pour arriver au résultat escompté, soit la réplique exacte des photos en ma posséssion.

 

Le planeur et GéGé, son constructeur

GéGé et son planeur prêt au remorquage

 

 

La mise en altitude se fait par remorquage. Le planeur est très stable et facile en remorquage. Le vol est sain, lent et majestueux. Le modèle est conforme à l’original et offre des caractéristiques surprenantes par petit temps. C’est un fin gratteur et il est très sensible à la moindre ascendance.

Il passe bien la voltige simple avec des figures amples et coulées. Boucles, tonneaux, renversement, vol dos en poussant franchement sur le manche.

Les Aéro freins sont très efficaces et permettent vraiment un atterrissage en toute sécurité, même en venant de très haut en courte finale.

Bien que créé en 1957 et moins performant qu’un planeur de technologie moderne par vent fort, le modèle réduit de ce planeur reste un de mes préférés pour le vol de plaine.

Après cette maquette à l'échelle 1/4 j'envisage une réalisation à l'échelle 1/5, soit 3 mètres d'envergure. Afin de m'affranchir des contraintes du remorquage ( difficile d'avoir un remorqueur sous la main ) j'envisage de motoriser cette maquette avec une installation électrique et une hélice repliable en bout de nez.

Affaire à suivre !     Comme quoi il faut toujours avoir des projets assez grands pour ne pas les perdres de vue !!  Clin d'œil

Commentaires (2)

1. Henri MIRRA 26/06/2011

Bonjour,
Je trouve vraiment dommage à l'heure d'Internet d'interdire sur un site la copie de quelques photos qui m'aurait intéressé pour compléter ma documentation sur le Ka-8B. Je suis en train d'en construire un et j'aurai bien voulu en imprimer. Que l'on interdise la copie en vu d'en mettre sur un autre site d'accord. Mais interdire à titre perso c'est vraiment pingre et radin.

Sur ce, bonne journée, Henri.

PS : en plus devoir recopier un champ de sécurité, c'est du n'importe quoi.


Mon cher Henri,
Je ne reviendrais pas sur "l'interdiction" de la copie des photos sur le site c'est mon choix et je l'assume.
GéGé à par contre toujours répondu favorablement aux demandes des intéressés et transmis toutes les photos ou documents désirés à celles et ceux qui le demande.
De nombreux amis du site peuvent en témoigner.
J'aurais aimé, en toute discrétion, pouvoir vous répondre en message privé, mais vous n'avez pas souhaité compléter le champ prévu à cet effet et de ce fait me communiquer votre adresse E-mail.
Seriez vous également un peu pingre ?
Avec mes amicales salutations, votre dévoué GéGé !!

2. Paolo 16/06/2011

Ah, ça me fait envie!

C'est vrai que le mien est depuis bien trop longtemps dans son carton, mais j'espère bientôt pouvoir en attaquer la construction (bon, quand je dis "bientôt", c'est d'ici 2 ans).

J'ai eu grand plaisir à piloter le modèle grandeur il y a une vingtaine d'années (HB-734, HB-811 et HB-847 il me semble), et j'espère que la maquette aura le même comportement en vol.

Merci Gégé pour ces belles images de la construction!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau