Le Myrtle Corey

Le  Myrtle Corey

 

Nous sommes  à Memphis ( Tennessee ) en 1868. La guerre de sécession est terminée depuis 3 ans seulement et, sur le Mississippi, on voit apparaître des bateaux à vapeur de plus en plus gros. De véritables salons flottants de 80 à 90 mètres de long, qui ont pour particularité d’avoir un fond plat et un tirant d’eau si faible que les riverains avaient pour habitude de dire que ces bateaux étaient capables de naviguer partout, même sur une faible rosée !

Les grandes unités du Mississippi sreamer-america.jpg

Au milieu de ces grandes unités, on trouvait des bateaux spécialisés, les Townboats. Plus petit, d'une longueur d'environ 20 mètres pour les pousseur et jusqu'à à 24 mètres pour les petits transporteurs de marchandises. Les pousseurs avaient pour mission de pousser de grandes barges chargées de minerais de fer, de coton, de foin, d’épices, de céréales. On pouvait voire également ces Towboats pousser d’énormes radeaux de billes de bois jusqu’aux scieries en aval de Memphis.

Pousseurs à vapeur du Mississippi  Pousseurs à vapeur du Mississippi Petit transporteur marchandises Petit transporteur marchandises Barges de transport sur le Mississippi

A cette époque, on draguait le sable et le gravier pour la construction au fond de la rivière. Les plateformes de dragage se trouvaient sur des barges qui étaient également régulièrement déplacées par ces petits pousseurs.

C’est donc un de ces Towboats que je vais réaliser à l’échelle 1/20, sur la base d’un kit trouvé aux Etats-Unis ( firme DUMAS ). Le modèle fera donc, hors tout, environ un mètre de long.

Le Myrtle Corey à été construit en 1898 à fenton dans le Missouri, le long de la rivière Merimac. Constuit selon la technique traditionnelle de l'époque, à savoir sans plans et avec la seule expérience des constructeurs qui apportaient chaque fois une modification ou une amélioration technique.

Ce bateau avait pour port d'attache Memphis dans le Tennessee et il était en service en direction de Little Rock via la rivière Arkansas. Il était utilisé comme pousseur mais également comme navire marchand. Vers 1907 le Myrtle Corey à été transformé et on y à ajouté, derrière la cabine de pilotage, un Texas roof ( cabine texas ) avec un toit prolongé sur l'arrière.

Lorsqu'ils arrivaient vraiment trop vieux pour le service, ces bateaux étaient  en général abandonnés et finissaient souvent en bois de feu ou en épaves au fond de la rivière.

La maquette telle que prévue Autre décor pour le Myrtle Corey

 

Commande et livraison

Commandé par internet, j’ai reçu le colis 7 jours plus tard ! Frais de livraison facturé par le fournisseur aux Etats-Unis 2 Dollars seulement. Frais de douane pour rentrer sur Suisse 35 francs ! ( Cherchez l’erreur ! )

 

Ouvrons le colis

Soigneusement protégés et emballés on trouve dans ce gros carton une coque thermo formée en ABS de 1mm. de même que les toits des cabines réalisés selon le même procédé mais dans un ABS  beaucoup plus mince.

 Le carton à réception Photo sur le carton Tout est soigneusement protégé ! Coque thermo formée en ABS Un gros fagot de bois en tous genre

Le reste se trouve sous la forme d’un carton rectangulaire, qui contient un énorme fagot de bois, divers composants en ABS, en mousse de PVC ( Sintra) et l’accastillage qui n'est pas d'une très bonne qualité

Une notice d’assemblage en anglais, très complète et bien réalisée, un livret avec toutes les phases d’assemblage dessinées en 3D et enfin une vue de profil du bateau complètent le contenu du carton. Tout est soigneusement répertorié et il est vraiment très facile de s’y retrouver. Une petite remarque qui à son importance, toutes les cotes sont en pouces. Il faut s'y habituer car vous n'avez plus de baguettes de 5x5mm mais de 1/4''x1/4", la baguette traditionnelle de 1,5mm x1,5mm devient subitement 1/16"x1/16". Il faut donc avoir en permanence sa régle de conversion à disposition.

Commençons l’assemblage.

La coque.

Après avoir détouré celle-ci et poncé soigneusement les bords, il faut commencer par coller les baguettes de renfort sur lesquelles viendront se coller le faux pont, puis le pont.

A ce stade, et après avoir manipulé cette coque, j'ai un gros doute sur la solidité et je décide d’y apporter quelques modifications qui vont permettre d’obtenir une paroi plus épaisse, donc un ensemble beaucoup plus rigide et solide.

Après avoir soigneusement poncé l’intérieur de la coque au papier grain 100, je dépose une couche de tissus de verre 45 grammes que j’imprègne de résine. Le tout, soit le fond et les parois, est ensuite recouvert d’un contre plaqué de 1mm puis mis sous presse 24 heures.

Non prévu dans le kit, je réalise et colle ensuite une pièce qui me semble indispensable et qui contribuera pour beaucoup à la solidité de la proue, "le marsoin". Me voilà maintenant avec une base solide sur laquelle je vais pouvoir continuer la construction sans arrières pensées.

Pose renforts et tissus de verre Détail pose tissus à la proue Mise sous presse pour 24 heures Résultat après 24 heures de séchage le marsoin vient renforcer la proue

Le ber

Avant de continuer, je pense à la pièce qui viendra supporter le bateau lorsqu'il ne sera pas à l'eau, c'est à dire le "ber" (diminutif du mot berceau.)

Le kit prévoit un ridicule petit ber à assembler avec du PVC 3 mm. de très mauvaise qualité et qui casse à la moindre sollicitation. De plus celui-ci est très mal conçu puisque le bateau ne reposerait que sur deux flancs de PVC de 3 mm. Cette fournitue rejoint très rapidement la poubelle !!

Le ber tel que proposé dans le kit Le ber tel que proposé dans le kit

Je décide donc de réaliser quelque chose de plus réaliste, de plus solide et offrant une plus grande surface d'appui à la coque.

Le ber façon GéGé Détail renfort sur ber façon GéGé Coque posée sur le ber Le ber terminé

Suite de la construction sur la page 2 en cliquant ci-dessous.

 

Aménagement pour batterie et lest, le faux pont et le pont.

L'aménagement pour la baterie tel que prévu sur le plan ne me plait pas et je décide de modifier l'implantation en foction du format d'un accu 12 volts NiMh. Je prévois également, de part et d'autre de cet accu, une emplacement pour loger le lest. Je colle encore un ou deux renforts sur le haut de la coque, prévois trois trappes de visite dans le pont ( non prévues sur le plan ) et je viens finalement coller ce pont sur la coque.

Création compartiment pour batterie et lest Compartiment batterie en fond de coque Préparation trappe visite proue Trappe de visite à la poupe Vue générale préparation trappes de visite Img 4319 Img 4320 Collage définitif du pont sur la coque

Il est temps maintenant de coller les lames de pont. Le calfatage est simulé par un simple coup de stylo feutre noir sur le champ des lames. Une fois les lames posées, celles-ci recoivent trois couches de teinture couleur chêne.

Pose des lames de pont Img 4384 Pose des lames de pont Teinture des lames couleur chêne Vue de la poupe

Après séchage, la coque est retournée cul en l'air. Elle reçoit un ponçage général puis une couche de fond d'accrochage de couleur grise et finalement 3 couches de vernis acrylique de couleur noire satinée. Les coques des bateaux en bois de cette époque étaient en général enduites de brai, c'est à dire un produit de la distillation du goudron de houille. Celui-ci était appliqué à chaud à l'aide de grande brosses pour bien imprégner le bois et le protéger contre l'humidité et la pourriture. Pour essayer d'imiter au mieu l'aspect j'ai appliqué la couleur noire satinée au petit rouleau mousse ce qui donne un résultat assez satisfaisant et réaliste.

couche d'accrochage grise Détail de la proue détail de la poupe Première couche de coque entièrement protégée au

Pendant que sèche cette peinture je commence à réaliser les petits composants et l'accastillage d'une part, et le groupe moteur d'autre part. La commande de la roue arrière se fera via un système de bras montés sur un arbre qui tourne sur des paliers en laiton. Cet arbre est mis en rotation par un train d'engrenage qui va au moteur réducté, capable de tourner régulièrement de 0 à 110 tours minute. Ce moteur est acheté chez Conrad Electronic. (12 volts, réduction 1/50, nombre de tours maxi à vide 110 t/min, couple 60Ncm.)

Remarque: comme l'accastillage prévu est de très mauvaise qualité il sera en grande partie modifié, amélioré ou remplacé par des composants de fabrication maison.

Assemblage portes et fenêtres Chaque fenêtre reçoit un cadre Prête à vernir avant pose des vitres Préparation des safrans et de la barre La barre en cours d'assemblage sur gabarit Assemblage du groupe de propulsion Train d'engrenage moteur- bielles de commande L'arbre pivote sur des paliers en laiton Détail coté engrenage Bielles de commande en préparation Détail moteur réducté

Réalisation de la roue à aubes.

Tirer parti de la fourniture du kit pour cet assemblage est un véritable moment de bravoure. Au risque de me répéter je persiste et dis : mauvaise qualité de la fourniture, donc poubelle !

Je souhaite toutefois utiliser les pré découpages fournis pour les flasques. Pour ce faire, je vais premièrement terminer la découpe à l'aide d'un cutter. A ce stade, on constate que ces flasques sont complètement bombées voire tordues donc à première vue inutilisables.  Il y à trois flasques de 1mm à coller l'une sur l'autre pour faire une seule flasque de 3 mm d'épaisseur. L'astuce pour les récupérer, qui n'est bien sûr pas expliquée dans la notice, consiste d'abord à réaliser une petite presse avec un système de centrage des flasques par goupilles sur cette presse.

Les deux parties de cette presse sont protégées par une feuille de plastique transparent. J'enduis ensuite les flasques de résine époxy et j'intercale entre chaque flasque un tissus de verre 40gr/m2 lui même soigneusement imprégné. Je referme ma presse et laisse la résine polymériser 24 heures.

Idem pour la deuxième flasque de la roue. Après ce traitement, on ressort de la presse une galette parfaitement plane et rigide. Il ne reste plus qu'à découper le tissus de verre au cutter dans les ouvertures, de terminer à la lime, et les deux flasques sont prêtes pour la peinture puis pour l'assemblage final. Après essai je constate que les bielles fournies sont de si mauvaise qualité que même après retouche, le système ne fonctionne pas correctement. Je décide donc de refaire ces bielles, en laiton, soudée à l'étain. Cette fois c'est ok, ça tourne et il est possible de continuer la construction.

Pré-découpage des flasques découpage ouvertures Une flasque découpée complètement voilée ! Complètement bombée

Réalisation d'une presse A la sortie de la presse découpe du tissus au cutter Terminaison à la lime Flasque terminée bras anglés

Tous les composant vernis Assemblage de la roue Personnage à l'échelle 1/20 ème Essai de fonctionnement Vue d'essemble de la propulsion 

Détail bielle de commande en laiton Détail côté moteur

 

Construction de la cabine inférieure.

Je commence par la parrois arrière qui comporte une petite porte permettant l'accés au palonnier du safran central. Suivent les deux parrois latérales ou sont préalablement collées les fenêtres terminées.

Ces parrois sont en mousse de PVC très légère. ( Sintra ) Elles sont progressivement recouvertes de petites lames en mahagoni de 1mm. d'épais et 10mm. de large , collées côte à côte. Cette opération s'effectue avant le collage en place des trois parrois sur le pont. A ce stade, il faut également prendre une décision sur la couleur de l'ensemble. Dumas propose une photo du modèle avec les parrois des cabines blanches. J'aurais souhaité garder la couleur bois naturel avec les lames simplement enduites de deux couches de fond dur et une couche finale de verni incolore mat.

Construction cabine Construction cabine Détail de la proue Vue intérieur cabine Pose des lames en mahagoni Pose des lames en mahagoni Fenêtres et lames posées Fenêtres et lames posées Coup d'oeil par la fenêtre ! Contrôle de la pose de la roue.

J'ai vu, aux Etats Unis, un modéliste qui avait choisis cette option. J'ai trouvé que c'était original et pas mal du tout. Je suis donc dans l'incertitude.

 

Construction de la cabine de pilotage.

Avant même de terminer la réalisation de la cabine principale, et pour diversifier le travail, je débute avec la construction de la cabine de pilotage. Une armature en bois sur laquelle vient se coller des parrois en Sintra qui seront ensuite garnies de planchettes en mahagoni, tout comme pour la cabine principale.

Construction cabine pilotage Construction cabine pilotage Mise en place plancher et barre Mise en place plancher et barre vue générale avant pose des lames Vue intérieur cabine Le barreur à son poste Le barreur à son poste Pose des lames en mahagoni pose des fenêtres à glissière pose des fenêtres à glissière

Un plancher en lames de bois sur lequel vient se fixer la barre, un système de fenêtres coulissantes sur les côtés, alors que sur l'avant, il n'y à pas de fenêtre, mais simplement une visière et une parroi rabattable qui peuvent fermer complètement l'ouverture une fois le bateau à l'arrêt.

 

Construction de la chaudière.

Comme la propulsion est assurée par un moteur électrique, la chaudière est bien entendu factice. Il s'agit en fait d'une double chaudière, avec deux foyers, qui alimentaient en vapeur les deux pistons nécessaires au bon fonctionnement de la roue à aubes.

Construction de la chaudière Perçage pour les rivets Perçage pour les rivets Réalisation des portes des deux foyers Fabrication d'une porte de foyer Pose des deux portes Les portes sont fonctionnelles Clous laiton pour fabrication des rivets Un rivet pose des rivets pose des rivets pose des rivets Les accessoires de la chaudière Les accessoires de la chaudière Une des deux cheminées Une des deux cheminées Chaudière entièrement assemblée Chaudière vue de l'avant Vue 3/4 arrière Vannes distribution vapeur Soupapes de sécurité Réservoir réalimentation chaudière Les cendres dans le cendrier Les portes sont fonctionnelles On allume le feu On allume le feu Quel magnifique brasier !!

Une structure en bois avec parrois en Sintra pour réaliser l'armature qui protège et masque presque complètement les deux chaudières. On en devinera qu'une toute petite partie, sur le haut de l'armature. Quelques modifications par rapport à ce qui était prévu permettent de réaliser les deux portes d'accès aux foyers fonctionnelles. Comme ces deux portes peuvent s'ouvrir et montrer l'intérieur des foyers, j'ai prévu l'implantation de quelques diodes au milieu du charbon. Cela permet de simuler la présence du feu. La cendre est réalisée avec un mélange de charbon concassé sur lequel j'ai répartis quelques gouttes de cyano avant de soupoudrer de mico billes de verre. L'armature est entièrement rivetée au montage des divers éléments soit 350 rivets à réaliser sur la base de petits clous en laiton.

Tel est l'avancement de la construction au 10 janvier 2014. La suite sur la page suivante !

 

Construction du Texas roof / installation électrique, radio commande et finitions

Le bateau à débuté sa carrière sans cette partie supérieure appelée "Texas roof "qui à été ajoutée dans le but de permettre à la compagnie qui exploitait ce bateau de transporter quelques passagers en plus de son activité de pousseur. Quelques marchandises pouvaient également trouver place sur le pont à l'avant du bateau.

J'ai réalisé ce Texas roof de manière à ce qu'il soit amovible. La maquette pourra donc naviguer avec ou sans.

La cabine inférieure, la cabine de pilotage, le texas roof sont pourvus de diodes de manière à pouvoir illuminer l'intérieur de ces diverses parties du bateau en navigation nocturne.

Construction du Taxas roof  Construction du Texas roof habillage Texas roof Collage du toit Lamellé collé poutraison toiture Le bateau presque terminé Le bateau presque terminé Détail cabine pilotage Texas roof et son avant toit Porte arrière Coup de sifflet Coup de sifflet Pont à l'avant du bateau

 

L'installation radio commande est simple, mais comporte tout de même un bruiteur, permettant de reproduire avec un réalisme saisissant, le bruit de la machine à vapeur bi cylindres qui équipait ce bateau. Le bruiteur donne également, sur demande, le son de la cloche de bord, du sifflet à vapeur et le cri d'une mouette.

Schéma installation RC Schéma module son Variateur pour le moteur Installation RC dans la cabine inférieure Installation RC dans la cabine inférieure Installation RC dans la cabine inférieure Img 4667

Divers potentiomètres de réglage permettent une bonne sychronisation du bruit de la machine avec la vitesse de la roue à toutes les allures.

Une vidéo tournée juste après l'installation du module son et de la radio commande, vous permettra de mieux vous faire une idée de l'ambiance sur le bateau lorsque la machine à vapeur fonctionne.La construction n'est pas terminée, il reste encore beaucoup de détails à réaliser, on se retrouvera donc prochainement pour la suite de cette construction.

Le pousseur est maintenant terminé, sur cette dernière page vous retouverez encore une vidéo du modèle en atelier puis, dès que possible, des vidéos et des photos du modèle en navigation.

vue d'ensemble vue d'ensemble Vue arrière Cabine de pilotage Coup de sifflet Vue intérieur cabine Entrée texas roof Texas roof et son avant toit pancartes foyer de la chaudière Img 4749 

 

 

Le Myrtle Corey en navigation en mars 2014

Préparation au bord du lac Enfin sur le lac Premiers tours de roue dans le lac belle prestance sur l'eau ! Img 4967 Une toute nouvelle entreprise Img 4971

Navigation du 2 juillet 2015

 

 

Commentaires (19)

1. Pascal du St Gilles 15/03/2014

Salut super Gégé,
C'est vraiment extra. J'aime autant la navigation du Mirty dans l'atelier que sur le lac ! C'est tellement réel qu'on peut même se passer du lac, c'est du grand art !

2. Roland 15/03/2014

Bravo Gégé continue a nous faire rêver avec toutes tes belles réalisations Magnifique
Amitié
Roland

3. g-hautier-modelisme (site web) 16/02/2014

Merci Michel, venant de toi, ce compliment me touche particulièrement. Merci pour ta fidélité au site GéGé Modélisme et à bientôt GéGé

4. Michel Welters 16/02/2014

Fantastique la réalisation du bateau. Fantastique la vidéo avec le bruit de la machine à vapeur. Les chaudières sont d'un réalisme incroyable.
Bravo ! Mille fois bravo !

5. pascal coquet 03/02/2014

Bravo Gérard, c'est magnifique. La maquette est superbe et l'installation RC est faite de mains de maître. J'ai bien aimé le bonhomme au sifflet...

6. Ph. Chanez 13/01/2014

Très belle construction et quel réalisme! Pour la parfaite simulation du foyer dans la chaudière, je te félicite du très beau résultat et vivement la découverte du prochain "GéGé-Engineering"!

7. vassily 11/01/2014

Magnifique réalisation, du Grand Art !

8. g-hautier-modelisme (site web) 10/01/2014

Merci Rudy et bonne année à toi également !
Amitiés GéGé

9. bricolo(Rudy) 10/01/2014

Bonjour gégé.
Je te souhaite une très bonne année à toi et à ta famille et amies.
Super ton bateau.
Cela me fais penser que en début de semaine au travail (en roulant), sur Paris j'ai vu un bateau à aube qui navigué, j'ai été stupéfait dans voir un sur Paris, je ne l'avait jamais vu.
Bricolo(Rudy),cordialement.

10. gobin gérard 07/01/2014

bonjour GEGE a l'occasion de la nouvelle année je te présente tout mes meilleurs voeux pour 2014
continu a nous faire de bon reportage ,et a nous faire part de tes constructions bonne journée
gérard

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau